Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

11 articles avec tribunes

Tribune du journal Viroflay de Juin-Septembre 2019

Publié le par Benoît Florence

Si l’on peut regretter à Viroflay la disparition de maisons en bon état extérieur, rappelons que la France manque de logements, surtout dans les grands centres urbains. Le rythme de construction a été insuffisant face à la dynamique démographique et aux changements de mode de vie. Du coup, le prix du logement demeure excessif, notamment en Ile de France. A ce jour, 4 millions de personnes sont mal logées dont 900 000 sans logement personnel. Il faut donc construire pour accueillir les nouvelles générations.

Il est normal que Viroflay participe à cet effort national. Avec 15 781 habitants en 2016, notre population reste inférieure aux 16 352 des années soixante. Les incertitudes sur le devenir de l’avenue Leclerc et de Bon repos, le renoncement de la majorité municipale aux projets de ZAC ont retardé les réalisations et le renouvellement urbain.

Construire est aussi un impératif écologique : la densification des zones bâties limite la confiscation de terres cultivables et d’espaces naturels et elle optimise les transports. De plus les nouveaux immeubles bénéficient de normes environnementales élevées.

En 2013, notre conseil municipal a adopté un PLU (plan local d’urbanisme) définissant clairement les zones pavillonnaires ou historiques préservées et les zones où il est possible de bâtir. Légalement, un permis de construire ne peut pas être refusé si le projet respecte le PLU. Lors du débat, nous avions émis deux réserves principales : d’une part, ce PLU conduisait à une proportion insuffisante de logements accessibles aux familles modestes ; d’autre part, il manquait de règles architecturales.

Les lois récentes ont réduit les moyens financiers affectés aux logements sociaux. Néanmoins, leur part est en progression dans notre ville mais elle reste inférieure à l’objectif légal de 25 %. L‘effort doit donc être intensifié. Quant à la charte architecturale, elle a été adoptée en avril 2019 ; nous avons participé à son élaboration et elle apporte des éléments de cohérence pour les futures constructions afin de conserver une certaine harmonie à notre ville.

A Viroflay, refuser de démolir l’existant c’est tout simplement s’interdire de construire, de rajeunir la population, de vitaliser nos commerces, de mieux partager les charges communales. Ce n’est pas notre choix.

Publié dans Tribunes

Partager cet article

Repost0

Tribune du journal Viroflay d'Avril-Mai 2019

Publié le par Benoît Florence

Tribune du journal Viroflay d'Avril-Mai 2019

La crise sociale qui perdure depuis novembre intervient dans un contexte de profondes transformations du monde : changement climatique provoquant catastrophes naturelles à répétition et migrations, pression financière et sociale des marchés, modification des grands équilibres stratégiques mondiaux, baisse de l’influence de la France dans le monde. Tout ceci exacerbe une inquiétude dans la vie quotidienne face à des problèmes concrets : pouvoir d’achat, coût de l’énergie, disparition d’emplois, précarisation du travail même pour les diplômés, éloignement et/ou numérisation des services, sentiment d’injustice fiscale et sociale …

Tant de changements simultanés suscitent l’angoisse et la tentation du repli sur soi et du protectionnisme. Mais c’est au contraire grâce à une coopération accrue avec les autres pays européens que la France pourra faire face aux grands défis de notre temps.

L’Europe doit remettre en cause la logique néo-libérale qui menace notre modèle social. Les enjeux de transition énergétique, de préservation de nos démocraties, de sécurité doivent être portés au niveau européen. Au lieu d’accroître la concurrence entre Etats européens, il faut des coopérations pour peser dans le monde. Il faut créer d’autres Airbus ou Ariane espace, des pôles d’expertise dans les nouvelles technologies, les nouvelles formes de commerce, l’agro-alimentaire, le numérique, les énergies renouvelables... Un SMIC européen et l’harmonisation fiscale entre Etats européens sont nécessaires pour éviter la course mortifère au moins disant. L’impôt sur les sociétés devrait être unifié. Un ISF européen assorti d’exonérations de certains investissements directs pourrait inciter les plus riches à investir sur des projets européens, stimulant l’innovation et l’émergence d’activités qui dynamiseraient les territoires en pleine mutation. L’Europe, s’appuyant sur la solidarité des pays qui la composent, serait ainsi mieux au service de ses peuples et assurerait mieux leur protection dans le nouvel équilibre mondial.

L’enjeu des élections du 26 mai est donc de faire mieux en Europe, sans oublier que l’acquis essentiel de l’Europe c’est d’abord la paix, comme nous le vivons dans nos rencontres avec Hassloch ou encore les échanges Erasmus, qu’il faudrait développer pour tous les jeunes.

Publié dans Tribunes

Partager cet article

Repost0

Tribune du journal Viroflay de février-Mars 2019

Publié le par Benoît FLORENCE

Tribune du journal Viroflay de février-Mars 2019

La mise en place, finalement annulée, d’une taxe sur les carburants à partir de 2019 a provoqué le mouvement des « gilets jaunes ». Si presque tout le monde est d’accord quant à la nécessite de faire face au changement climatique, la divergence est grande quant à la façon de réussir la transition écologique, économique et sociale. Chacun réagit souvent en fonction de sa situation personnelle, ce qui peut se comprendre : la transition ne pourra se faire de la même manière suivant le lieu d’habitation ou le revenu des citoyens. Et lorsque les solutions proposées sont injustes, le citoyen les refuse même s’il sait que le changement climatique est une réalité. Il ne consentira à l’effort que si tous y participent équitablement.

Il est bien sûr plus facile de prendre les transports en commun à Viroflay qu’en milieu rural. Si l’on est contraint de prendre son véhicule pour aller travailler faute de transports, l’impact n’est pas le même pour un smicard que pour un cadre. Un smicard aura plus de difficultés à isoler son logement qu’un cadre, d’autant que ce dernier est souvent mieux informé des possibilités d’aides.

La transition écologique ne pourra se faire que si son impact économique est socialement acceptable pour nos concitoyens. Faute de quoi, les refus seront de plus en plus forts avec des conséquences politiques, économiques et environnementales.

La transition écologique est pilotée par l’Etat mais chaque commune et donc la nôtre doit en réaliser sa part : développement des transports avec un plan de déplacement vélos ; accentuer la dimension écologique dans les cahiers des charges des nouvelles constructions, privées ou municipales avec par exemple des matériaux durables, un toit végétalisé ou des panneaux solaires ; conseils et aides pour mieux isoler son logement ; développement fort du bio et des circuits courts dans les restaurants dépendants de la ville ; développement de jardins partagés ; amélioration de la gestion des déchets en lien avec VGP pour citer quelques pistes.

Il y a beaucoup à faire sur ce sujet de long terme, sur lequel nous serons vigilants et constructifs. Toujours en ayant à l’esprit que cette transition est l’affaire de tous et ne pourra réussir sans heurts qu’avec des solutions équitablement partagées selon les ressources de chacun.

Publié dans Tribunes

Partager cet article

Repost0

Tribune de décembre 2018 - Janvier 2019

Publié le par Suzanne Egal

Intervention de Sabine Besnard lors de son dernier conseil municipal en juin 2018 :

Depuis 10 ans, élue au sein du conseil municipal, j’ai défendu nos idées avec mes collègues de la liste « solidaires à Viroflay » sur le logement social, l’accessibilité, les services proposés pour les enfants et les jeunes... En 10 ans, la vie des familles a évolué et nos structures d’accueil se sont adaptées à leurs besoins.

Malgré des désaccords, j’ai toujours cherché à dialoguer avec courtoisie, respect et franchise. J’ai insisté pour que l’on ne soit pas présenté comme un groupe d’opposition mais minoritaire car nous approuvons beaucoup de délibérations et nous ne sommes pas systématiquement opposés, nous voulons être constructifs.

Vous nous reprochez souvent de ne pas suffisamment proposer mais nous n’avons pas toujours les informations nécessaires pour le faire et lorsque l’on vous propose des idées, vous exigez toujours pour les financer qu’elles remplacent une autre activité ou vous ne les retenez pas.

J’ai donc bien l’impression que nous faisons souvent des propositions… mais vous faites des choix, c’est votre rôle.

Certes nos élèves sont accueillis dans des locaux confortables, bien encadrés, mais l’exceptionnel, sortir du cadre scolaire, est aussi important. Au risque de me répéter, je regrette que l’aide financière aux classes d’environnement, les séjours d’été pour les enfants et pour Arc’Ados ne soient plus proposés car je pense sincèrement que c’est une priorité. C’est à la collectivité d’aider les familles les plus en difficulté à financer ces projets.

Malgré tout, il me semble que vous nous écoutez et évoluez sur certains points, alors j’espère que vous les rétablirez.

Je cède ma place à Benoît Florence qui connait bien les affaires scolaires, déjà très investi qu’il est depuis plusieurs années dans la vie associative. Il est prêt à me succéder avec mes collègues qui continueront à travailler pour vous aider à aller plus loin dans certaines idées et confronter nos différents points de vue.

Je vous remercie Monsieur le maire et chers collègues pour votre engagement citoyen qui nous réunit et je vous souhaite de continuer à travailler ensemble minoritaires et majoritaires dans le dialogue, le respect, pour décider des actions à mener sur notre ville de Viroflay et la faire évoluer.

Groupe Solidaires à Viroflay

Jean-Marie Lebreton (01 30 24 45 26)
Suzanne Egal (01 30 24 23 63)
Benoît Florence (06 21 65 72 79) successeur de Sabine Besnard

contact@solidairesaviroflay.fr
www.solidairesaviroflay.fr
www.facebook.com/solidairesaviroflay

Publié dans Tribunes

Partager cet article

Repost0

Tribune du numéro d'octobre-novembre 2018

Publié le par Benoît FLORENCE

 

L’heure de la rentrée a donc sonné pour les écoliers, collégiens et lycéens viroflaysiens. Nous leur souhaitons une très bonne année scolaire et, pour les plus âgés, une bonne réussite aux examens.

Pour les parents, soucieux de l’avenir de leurs enfants, l’école suscite beaucoup de craintes ou idées préconçues, ce qui facilite la prolifération de fake news. Ainsi celle véhiculée par le bulletin de l’AGFV de juin relève de la désinformation voire de la malveillance. S’ils le font de bonne foi, ceux qui relaient cette fake news font preuve d’une méconnaissance totale du fonctionnement scolaire et des programmes.

Dans son éditorial et dans un article de 3 pages intitulé « Mais que se passe-t-il à l’école ? », l’AGFV affirme ainsi que les programmes du primaire comportent désormais une éducation à la sexualité faisant référence à des textes qui « visent à banaliser des comportements déviants, comme l’inceste ou la pédophilie » ou encore « la masturbation enfantine ».

Que les parents soient rassurés, rien n’est prévu dans ce domaine en France mais la rumeur persiste au point que le ministre de l’éducation nationale et la secrétaire d’état à l’égalité́ entre les femmes et les hommes ont dû faire une mise au point fin août. Malgré cela, aucun rectificatif n’a été publié par l’AGFV dans son numéro de rentrée.

Les cours d’éducation sexuelle existent depuis 2001 et ont notamment pour objet d’aborder les notions de consentement, de respect entre les femmes et les hommes, et il n'est aucunement question d'une éducation sexuelle explicite à l'école primaire. Les interventions sont dispensées par des associations ayant des agréments d’intervention en milieu scolaire et les 3 séances prévues ne débutent qu’en CP et ne concernent pas les enfants de 4 à 5 ans.

Particulièrement dans les domaines concernant les jeunes, il est important de se méfier des rumeurs, de vérifier les textes en discutant avec d’autres parents ou avec les enseignants. Ces derniers sont des professionnels avertis et savent parfaitement ce qu’ils doivent enseigner et comment le faire. Un des rôles de l’éducation est d'apprendre à discerner le vrai du faux et notamment sur internet.

L’école de la république vaut mieux que ces rumeurs malveillantes et ces mises en cause régulières.

Bonne rentrée à tous !

Publié dans Tribunes

Partager cet article

Repost0

Tribune Juin 2018

Publié le par Suzanne Egal

Au cours des derniers conseils municipaux, nous avons examiné plusieurs délibérations en lien avec l’amélioration de l’habitat et les économies d’énergie. Dans son budget 2018 la ville n’affecte que 2% de ses investissements au plan d’économie d’énergie pour ses bâtiments et l’éclairage public. Elle développe certes son parc de véhicules électriques pour réduire la pollution locale mais n’offre toujours pas de borne de recharge pour véhicules électriques sur son territoire.

En tant que citoyens, nous devons nous engager résolument pour économiser l’énergie et réduire notre impact sur l’environnement. Alors que 46% de l’énergie est consommée par les bâtiments d’habitation et du tertiaire et qu’à Viroflay plus des deux tiers des logements sont antérieurs à 1975, date des premiers textes en faveur de la réduction de consommation d’énergie, notre ville et Versailles Grand Parc tardent à s’engager dans une politique incitative en direction des particuliers.

La ville devrait inciter les propriétaires individuels et les copropriétés à agir pour réduire les passoires thermiques qui grèvent les budgets et poussent les plus modestes à renoncer à se chauffer convenablement.

Elle doit largement faire connaître les services offerts par SOLIHA en termes d’aide à l’amélioration du confort ou d’économie en énergie : dans le cadre d‘une convention avec la ville, SOLIHA conseille les particuliers avant la réalisation des travaux, les aide à estimer les coûts des améliorations et à obtenir les financements. Alors que notre convention couvre jusqu’à dix dossiers par an, seulement 3 dossiers ont été traités l’an dernier, pour une modeste contribution de 2 000 € de la ville.

La ville doit ouvrir un budget significatif d’aide aux études et aux travaux d’économies d’énergie dans le parc privé viroflaysien et adhérer à la SEM Energie Posit’If qui finance ces travaux.

Elle doit mener des campagnes d’information à travers tous ses outils de communication pour faire connaître les possibilités. Un espace info-énergie existe à Versailles Grand Parc avec une permanence conseil 3 fois par semaine, or cette information est absente du  site de Viroflay et reste ignorée des Viroflaysiens.

D’autres collectivités, comme Saint-Quentin en Yvelines, ont développé des moyens bien plus ambitieux.

Groupe Solidaires à Viroflay

Sabine Besnard (01 30 24 35 45)
Jean-Marie Lebreton (01 30 24 45 26)
Suzanne Egal (01 30 24 23 63)

contact@solidairesaviroflay.fr
www.solidairesaviroflay.fr
www.facebook.com/solidairesaviroflay

Publié dans Tribunes

Partager cet article

Repost0

TRIBUNE DU NUMERO 10

Publié le par Suzanne egal

Les électeurs de Viroflay ont fait preuve de civisme en se mobilisant massivement pour la présidentielle, avec une participation de 87,6 % au premier tour et 81,9 % au second. Ils se sont prononcés clairement pour défendre les valeurs de la République en votant à 85,9 % pour Emmanuel Macron, sans nécessairement adhérer à son programme. Ce vote ne constitue pas un blanc-seing : souhaitons que, contrairement à 2002, le président élu n’oublie pas ces circonstances très particulières et tienne compte durant son mandat des différentes composantes de cet électorat. Nous lui souhaitons de réussir à construire une Europe forte et plus sociale et surtout à réduire le chômage et la précarité afin d’éviter que les déçus se tournent de plus en plus vers les extrêmes.

Nous tenons à remercier les électeurs qui ont permis le bon déroulement des opérations de vote en assurant les fonctions d’assesseurs ou de scrutateurs, même lorsque leur candidat n’était plus présent au second tour.

De nombreux jeunes sont venus voter, certains pour la première fois. Souhaitons que leur intérêt pour la chose publique se poursuive et qu’ils s’investissent dans l’animation de notre commune. Nous serons toujours disponibles pour les accueillir et les aider à contribuer à la diffusion de nos valeurs avec leur enthousiasme et une vision renouvelée des questions qui se posent localement.

Au sein du conseil municipal notre groupe continuera à défendre de façon constructive l’intérêt général des Viroflaysiens, en soutenant les valeurs qui permettent à chacun de s’intégrer dans notre commune : la solidarité, la laïcité, la justice sociale et la confiance dans la jeunesse. Nous poursuivrons notre engagement en faveur des économies d'énergie, part importante de la transition énergétique, du logement pour que chacun ait la possibilité d’un logement décent et de l'accessibilité pour laquelle nous resterons vigilants afin que les efforts entrepris soient amplifiés.

Publié dans Tribunes

Partager cet article

Repost0

TRIBUNE DU NUMERO 9

Publié le par Suzanne Egal

Le budget 2017 a été soumis au vote du conseil municipal du 23 février. Malgré les demandes répétées de notre groupe « Solidaires à Viroflay », la majorité persiste à construire son budget sur des bases très éloignées de la réalité alors qu’elle dispose d’une bonne vision des résultats de l’année écoulée. En constante augmentation, notre excédent de fonctionnement dépassera les 4,8M€ en 2016, soit plus de 20% de nos recettes et 3,4 fois les 1,4M€ prévus au budget !

Cette sous-évaluation récurrente de nos excédents sert à la majorité à justifier des restrictions budgétaires allant à l’encontre des besoins de nos concitoyens. Ainsi, en 2017, les budgets pour les centres de loisirs sont en baisse alors que certains enfants de Viroflay y passent toutes leurs journées de vacances ; le taux d'imposition communal reste stable mais les tarifs des services augmentent...

Quand partout on s’inquiète pour la jeunesse, nous devrions voir régulièrement augmenter les moyens qui lui sont consacrés. Si des efforts ont été faits pour les plus jeunes avec le ‘cocon des familles’ et les activités périscolaires, nous restons en attente d’actions significatives pour les adolescents. Au fil des ans, nous avons vu disparaître les ateliers puis les classes de découvertes au niveau du primaire et l’aide au financement des camps d’été d’Arc’Ados et des défis jeunes. Des projets d'évolution des équipements les concernant existent mais restent vagues et sans calendrier connu.

Si nous nous réjouissons de voir se développer à Viroflay une certaine mixité de logements, notre groupe estime que cette évolution ne suffit pas au vivre ensemble. En effet le projet d'un équipement intergénérationnel en centre-ville est abandonné ; les activités seniors et Arc'Ados ne seront pas réunies, les générations ne se côtoieront pas. Nous déplorons l’absence d’une « maison des associations » dans l’esprit des « maisons de quartier » comme il en existe à Versailles, facteur de coopération entre associations. 2017, année du bénévolat aurait pu marquer le lancement d’un projet de cette nature.

Ces manques nous ont conduits à voter contre ce budget.

Partager cet article

Repost0

TRIBUNE DU NUMERO 8

Publié le

D’abord, en ce début d’année, tous nos vœux les plus chaleureux à chaque Viroflaysien. Souhaitons que chacun soutienne la démocratie par son vote et ses actes. En votant pour choisir le Président de la République et les députés chaque électeur exprimera les orientations qu’il souhaite pour la France et les Français.
 

Au-delà de ces enjeux nationaux, il nous revient de faire vivre notre démocratie locale. Pour le conseil municipal, la règle électorale donne une très forte majorité au groupe qui est en tête du scrutin. Mais quelle est alors la place des conseillers de l’opposition ? Les citoyens nous ont élus pour porter leurs orientations dans ce conseil. Certes nous pouvons nous exprimer mais il s’ensuit rarement une prise en compte de nos points de vue.
 

Nous déplorons que, depuis plusieurs années, la majorité municipale donne une vision cataclysmique de la situation financière de notre ville. Elle est parvenue à convaincre les Viroflaysiens que, dans tous les domaines, école, sport, culture, notre commune « n’a plus les moyens ». Pourtant, chaque année, les comptes, qui, eux, reflètent la réalité, dégagent un excédent de plus de 4 millions permettant d’investir pour préparer l’avenir. Un vœu pour 2017 : disposer d’informations fiables et réalistes afin de pouvoir travailler sur le fond et faire des choix pertinents, notamment lors des discussions budgétaires.
 

Un autre vœu, concernant la parole publique. En novembre, notre maire a signé un article dans le journal de la paroisse en tant que « maire de Viroflay » et non en son nom propre. La mairie, instance de notre organisation républicaine, n’a pas à intervenir en tant que telle dans l’activité de la paroisse ou de tout autre culte.
 

En conclusion, souhaitons pour 2017 qu’un dialogue plus constructif s’instaure au sein des instances municipales dans le respect des institutions républicaines, donnant toute sa valeur au bulletin de vote que l’électeur dépose dans l’urne, condition indispensable pour que chacun reprenne confiance dans la démocratie représentative.

Publié dans Tribunes

Partager cet article

Repost0

TRIBUNE DU NUMERO 7

Publié le

En Irak, en Syrie, au Soudan, en Erythrée, tous les jours, des populations civiles subissent les bombes, la guerre, la terreur. Souvent elles n’ont plus d’autre issue que de fuir leur pays malgré les périls de l’exil. Nous tous Viroflaysiens, collectivement ou individuellement, nous ne pouvons pas rester indifférents au sort de ces réfugiés. C’est ce qui s’était bien manifesté lors de la réunion organisée en mairie en octobre 2015, en vue de recenser les possibilités individuelles d’accueil. Des associations, des familles ont fait des propositions d’hébergement ou d’accompagnement. Mais pas notre mairie. Et notre mairie n’a pas non plus donné suite aux propositions formulées.

Sachez qu’en mars 2016, Hassloch, notre ville jumelle, hébergeait 221 réfugiés alloués par les autorités régionales. C’est 1 % de sa population et, d'après l'adjoint au maire qui en a la charge, ça se passe sans problème. 1% à Viroflay, ce seraient 160 réfugiés.

Nous avons honte des obstacles mis à leur accueil dans les Yvelines. Nous avons honte du refus par les maires de Versailles Grand Parc, y compris le nôtre, d’accueillir des demandeurs d’asile à Rocquencourt dans les anciens locaux de l’INRIA.

Parmi d’autres, l’ordre des avocats du barreau de Versailles a vigoureusement dénoncé ces attitudes en rappelant que le droit d’asile est un droit fondamental et qu’un accueil humain et fraternel des demandeurs d’asile est une composante de l’effectivité du respect de ce droit.

Espérons que les élus de la majorité municipale se ressaisissent enfin et se décident à agir, pour que la fraternité de notre devise nationale ne reste pas un vain mot.

Publié dans Tribunes

Partager cet article

Repost0

1 2 > >>