Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Rapports Q Park et comptoirs des marchés

Publié le par Jean-Marie Lebreton

Remarques préalables concernant les délibérations 9 et 10, respectivement relatives aux rapports annuels de Q-Park et du Comptoir des marchés :

Ces 2 délibérations précisent que la CCSPL a procédé à l’examen des rapports annuels de ces délégataires dans sa séance du 27 juin, c’est-à-dire jeudi dernier, ce qui est exact. Il faut toutefois préciser que les membres de la commission n’avaient reçu au préalable qu’une convocation sans documents. Comme je m’étonnais de ne pas avoir reçu les rapports à l’avance afin de les étudier, il nous a été indiqué que ceux-ci figureraient dans les documents relatifs au conseil municipal du 4 juillet sur le point d’être diffusés aux conseillers municipaux le soir même ou le lendemain. Effectivement, les rapports annuels Q-Park et Comptoir des marchés figurent bien dans le dossier reçu le 27 au soir, mais sans commentaires et sans l’analyse des services municipaux.

A défaut des rapports, un résumé Powerpoint a été présenté en séance aux membres de la commission, qui ont pu poser des questions sur la base de ces résumés et obtenir des explications. Le rapport annuel du Comptoir des marchés a été distribué en séance, et un tirage du rapport annuel Q-Park (187 pages…) m’a été remis en fin de séance.

Le bon fonctionnement de la CCSPL est essentiel car nous aurons bientôt un 3ème délégataire avec la piscine. C’est pourquoi nous demandons qu’à l’avenir :

  • d’une part, les rapports annuels des délégataires de services , ainsi que les résumés présentant l’analyse de ces rapports par les services municipaux, soient diffusés à l’avance, avec les convocations aux séances de la CCSP,
  • d’autre part, que l’ensemble de ces documents figurent dans le dossier des délibérations diffusé avant le conseil municipal concerné.

 

 

Rapport 2018 de Q-Park :

Nous constatons qu’une fois de plus Q-Park fournit un rapport annuel très volumineux, 187 pages, où les informations importantes sont noyées au milieu d’autres sans intérêt ou de moindre intérêt, voire ne concernant absolument pas Viroflay.

Et ce rapport est plutôt autosatisfait : En préambule des résultats de l’enquête de satisfaction 2018, Q-Park indique que
« 
Les résultats de l’enquête clients sont stables par rapport à l’année passée.
En effet, les clients attribuent une note de satisfaction globale moyenne de
6.2/10 »

Q-Park se garde bien de rappeler les résultats des années antérieures. A ma demande, un tableau comparatif des résultats de l’enquête clients des années 2016/2017/2018 nous a été diffusé après la séance de la CCSPL. Il aurait été opportun de le diffuser également à l’ensemble des conseillers municipaux dans le cadre de la présente délibération.

En effet, contrairement aux affirmations de Q-Park, ce tableau et ces histogrammes montrent non pas une stabilité mais plutôt une dégradation de la satisfaction client, la note moyenne passant de 7,14 en 2017 à 6,18 en 2018. Tous les indicateurs de satisfaction clients sont en baisse. Il peut exister des explications, mais l’autosatisfaction de Q-Park n’est pas de mise. On note aussi une forte diminution de l’utilisation du parking sous-terrain de la médiathèque, qui est sous exploité. Q-Park devrait indiquer les mesures correctives qu’il envisage pour redresser la situation, par exemple une amélioration des services et une baisse des tarifs. Ce dossier est à suivre de près.

 

Rapport Comptoir des marchés

Le rapport du Comptoir des marchés est plus concis mais plus satisfaisant.

Dans les deux cas, Marchés et Q-Park, le contrat de DSP arrive à échéance dans 2 ans. Il convient de mettre ce délai à profit en préparant dès maintenant les cahiers des charges et les projets de contrats afin de les adapter en vue d’améliorer la performance des délégataires et nos moyens de contrôle et de sanctions le cas échéant..

Partager cet article

Repost0

Tribune du journal Viroflay d'Avril-Mai 2019

Publié le par Benoît Florence

Tribune du journal Viroflay d'Avril-Mai 2019

La crise sociale qui perdure depuis novembre intervient dans un contexte de profondes transformations du monde : changement climatique provoquant catastrophes naturelles à répétition et migrations, pression financière et sociale des marchés, modification des grands équilibres stratégiques mondiaux, baisse de l’influence de la France dans le monde. Tout ceci exacerbe une inquiétude dans la vie quotidienne face à des problèmes concrets : pouvoir d’achat, coût de l’énergie, disparition d’emplois, précarisation du travail même pour les diplômés, éloignement et/ou numérisation des services, sentiment d’injustice fiscale et sociale …

Tant de changements simultanés suscitent l’angoisse et la tentation du repli sur soi et du protectionnisme. Mais c’est au contraire grâce à une coopération accrue avec les autres pays européens que la France pourra faire face aux grands défis de notre temps.

L’Europe doit remettre en cause la logique néo-libérale qui menace notre modèle social. Les enjeux de transition énergétique, de préservation de nos démocraties, de sécurité doivent être portés au niveau européen. Au lieu d’accroître la concurrence entre Etats européens, il faut des coopérations pour peser dans le monde. Il faut créer d’autres Airbus ou Ariane espace, des pôles d’expertise dans les nouvelles technologies, les nouvelles formes de commerce, l’agro-alimentaire, le numérique, les énergies renouvelables... Un SMIC européen et l’harmonisation fiscale entre Etats européens sont nécessaires pour éviter la course mortifère au moins disant. L’impôt sur les sociétés devrait être unifié. Un ISF européen assorti d’exonérations de certains investissements directs pourrait inciter les plus riches à investir sur des projets européens, stimulant l’innovation et l’émergence d’activités qui dynamiseraient les territoires en pleine mutation. L’Europe, s’appuyant sur la solidarité des pays qui la composent, serait ainsi mieux au service de ses peuples et assurerait mieux leur protection dans le nouvel équilibre mondial.

L’enjeu des élections du 26 mai est donc de faire mieux en Europe, sans oublier que l’acquis essentiel de l’Europe c’est d’abord la paix, comme nous le vivons dans nos rencontres avec Hassloch ou encore les échanges Erasmus, qu’il faudrait développer pour tous les jeunes.

Publié dans Tribunes

Partager cet article

Repost0

Conseil municipal du Mercredi 17 avril 2019

Publié le par Benoît Florence

Le conseil municipal du 17 avril 2019 était notamment consacré au vote du compte administratif 2018.

Retrouvez le texte de notre intervention.

Les sujets suivants ont également été abordés ; vous trouverez les textes de nos interventions en cliquant sur les liens ci-dessous :

Création d’une commission ad hoc concernant les ilôts place de la Fête et les Réservoirs dans le cadre du programme Viroflay 2025

Allongement de la durée garantie d’emprunt – société Logirep-27/29 rue d’Estienne d’Orves

Rapport annuel 2018 de la Commission communale pour l’accessibilité (CCA)

 

 

 

Partager cet article

Repost0

Rapport annuel 2018 de la Commission communale pour l’accessibilité (CCA)

Publié le par Jean-Marie Lebreton

1. Ce rapport, transmis notamment à la préfecture, est relativement succinct. Il ne permet pas le suivi des décisions, de l’état d’avancement des réalisations et des modifications et dérogations éventuelles. C’est pourquoi j’avais demandé à la commission d’établir en complément un document de suivi beaucoup plus précis, ce que la commission a accepté. Un document de suivi sous forme de tableau Excel est en cours d’établissement.

2. Cet après-midi nous avons fait avec monsieur Gevrey une visite de terrain rue de la Ferme, qui recoupait une zone déjà inspectée en 2016 autour de l’église St-Eustache. Nous avons constaté aujourd’hui que de nombreux défauts identifiés en 2016 n’avaient pas été corrigés, les décisions prises en 2016 avec le service technique n’ayant pas été suivies d’effet. Ceci démontre l’importance de disposer de documents de suivi précis.

Publié dans Accessibilité

Partager cet article

Repost0

Allongement de la durée garantie d’emprunt – société Logirep-27/29 rue d’Estienne d’Orves

Publié le par Suzanne Egal

Il s’agit d’un réaménagement de prêt suite à la loi de finances 2018  et à la baisse d’APL compensée par une baisse de loyer RLS (réduction de loyer de solidarité).

Allongement de 10 ans ! Politiquement, on peut craindre que les travaux d’entretien et d’amélioration de ces logements soient repoussés d’autant, ce qui est très préoccupant : économie d’énergie, entretien/ renouvellement des équipements lourds : chaudières, ascenseurs par exemple.

Ces dispositions législatives affectent tout le secteur du logement social. On pouvait lire dans Le Monde du 10/04 : « En 2018, la construction de logements sociaux a diminué de 5 %, entraînant l’abandon de programmes mixtes privé-public dont les demandes de permis de construire baissent de 9 %. L’année 2019 s’annonce pire encore »

Nous sommes défavorables aux dispositions de la loi de finances 2018 qui a considérablement réduit les moyens affectés aux logements sociaux (-1.7 md€) , mais nous devons  poursuivre la garantie de cet emprunt  reconfiguré.

Partager cet article

Repost0

Création d’une commission ad hoc concernant les ilots place de la Fête et les Réservoirs dans le cadre du programme Viroflay 2025

Publié le par Suzanne Egal et Jean-Marie Lebreton

Nous apprécions le fait d’être intégrés à cette commission ad hoc. Néanmoins, nous rappelons nos souhaits formulés lors d’un précédent conseil municipal d’être intégrés plus en amont dans la conception des projets. Ceci nous permettrait de faire des propositions plus tôt alors que les cahiers des charges sont en cours de réalisation et nous voudrions souligner ou rappeler certains points qui nous tiennent à cœur pour ces projets.

 

Concernant le terrain des réservoirs, une nouvelle crèche va être créée avenue Général Leclerc où la pollution, notamment par les gaz automobile est forte

Nous souhaitons donc qu’une attention particulière soit portée sur les systèmes d’aération des locaux de cette crèche qui recevra 42 très jeunes enfants pour limiter au maximum l’exposition de ces derniers à la pollution. Nous tenons à ce que ce point fasse partie du cahier des charges et soit pris en compte dans la notation des offres.

Concernant les logements place de la fête, l’étude qui sera confiée au paysagiste comprend-elle l’aménagement des plans de circulation et de stationnement du quartier ?

D’autre part, le taux minimum de logements sociaux prévus dans chacun des îlots de Viroflay 2025 est de 40%. Nous demandons que 50 % des logements sociaux du programme 2025 soient des PLAI.

Enfin, ces deux projets doivent pouvoir être jugés sur leur  performance énergétique et écologique, critères à prendre en compte dans la notation..

 

Comme pour la commission accessibilité, il est important que cette commission ad hoc soit impliquée en amont des décisions et non simplement pour être informée a posteriori des décisions déjà prises.
Ce principe est valable pour les îlots 2025 comme pour le suivi du projet piscine.

Partager cet article

Repost0

Compte administratif 2018

Publié le par Suzanne Egal

Le compte administratif est l’occasion de comprendre la réalité des finances,  des réalisations de la ville et surtout de leur évolution. Sur ce sujet, nous regrettons que, depuis déjà 2 ans  l’écart avec le compte administratif de l’année précédente  ne figure plus dans les documents de synthèse. Il serait intéressant de raisonner collectivement  sur l’évolution de nos dépenses/recettes de fonctionnement a minima par grandes rubriques.

Le graphique de la DGF (dont l’origine est bien mise à ‘0’, merci !)  permet une lecture objective de son évolution. La variation cumulée de la DGF (Dotation globale de fonctionnement) et du FPIC ( fonds national de péréquation des ressources intercommunales et communales ) a un impact vraiment minime sur nos dépenses (0.6%). En 2018  le poids supplémentaire de ces charges ‘subies’ est très faible (109 K€), ce n’était donc pas un facteur structurant pour l’année 2018.

 

Par ailleurs, les recettes liées à la fiscalité locale augmentent régulièrement (+2,5%). Les droits de mutation restent élevés et confortables après un pic en 2017. Les produits des services municipaux augmentent de 6% et représentent 22% de nos recettes.

Comme nous l’avons exprimé déjà de nombreuses fois, nous regrettons que la communication externe : vœux, réunion publique, Magazine,  soit largement faite sur les données budgétaires et moins clairement sur les réalisations.

Au final, le poids relatif de chacun des secteurs est très différent de l’affichage budgétaire. Celui-ci maximise par prudence les dépenses et ne prend pas en compte la contribution des utilisateurs des services. Nous ne reprendrons pas tous les postes, l’exercice ici serait fastidieux. Nous noterons, par exemple, que le secteur enfance/jeunesse ne pèse que pour 9,4% sur les finances de la ville  contre les 19% affichés au budget et est en définitive à peine supérieur au secteur ‘culture’. Nous sommes toujours en attente d’un effort mesurable en direction des adolescents .

L’augmentation des dépenses pour les ‘services supports’ support nous a été commentée en commission et nous n’y reviendrons pas.  

Dans la présentation du budget, vous avez affiché avoir fait des efforts significatifs : une baisse de 20%  sur le poste énergie entre 2014 et 2018. Si les efforts restent louables en la matière et nécessitent d’être intensifiés, les dépenses réalisées sur ce poste n’ont baissé que de 14%. De même, la baisse affichée au budget de 40% sur le poste ‘assurances’ correspond à une renégociation du contrat mais aussi à un changement de périmètre, cette variation n’est donc pas vraiment significative.

Mais d’autres postes ont aussi évolué à la baisse. Le poste ‘transports collectifs’, a été réduit de moitié depuis 2014, ramené à ‘0’ pour enseignement et formation, il est maintenu stable pour sport et jeunesse. Un montant modeste a été attribué au secteur personnes âgées et à la culture. Ne pourrait-on pas prévoir une ou 2 sorties de plus pour les enfants des centres de loisirs et les jeunes d’Arc’ados ?

 

 

Partie "Investissement"

Sur le support de synthèse, le taux de réalisation a été ajouté et c’est un plus. Le budget d’investissement prévu a été engagé à 87%  en 2018 contre 82% en 2017, est-ce que pour autant nous avons réalisé nos projets ?

Rien dans les supports ne nous permet de nous en assurer. Nous pourrions reprendre ligne à ligne les observations faites lors du compte administratif 2017.

Lors de la présentation du budget en conseil municipal, un détail par poste nous est fourni. Nous n’avons pas l’équivalent lors du compte administratif. Or, le compte administratif doit nous permettre de vérifier que les fonds budgétés ont bien été utilisés aux fins prévues et si non, d’en comprendre les grandes raisons.

Nous avons demandé des précisions en commission qui devraient nous être fournies ce soir en séance, que ce soit pour les bâtiments ou la voirie.

Nous verrons plus loin, à la lecture des supports concernant l’assainissement que la liste des rues traitées diffère sensiblement de la liste initiale. Il y a sans doute de bonnes raisons à cela mais elles méritent d’être commentées : ‘ce qui se conçoit bien s’énonce clairement’.

Une programmation plus réaliste du poste ‘voirie’ permettrait d’investir sur d’autres projets de transformation de la ville.  L’accord cadre de maîtrise d’oeuvre proposé en février devrait permettre  de réduire les délais de mise en œuvre des  chantiers de voierie, d’espaces verts et de petits ouvrages bâtiment, ce qui est une bonne chose.

Par ailleurs pour les projets importants (ex : les tennis) qui s’étalent sur plusieurs exercices, un bilan de projets devrait nous être présenté faisant apparaître les budgets, les dépenses, les subventions et les financements. Ce bilan est nécessairement tenu par les services en charge et ne doit pas constituer un travail supplémentaire pour les équipes.

Pour conclure, nous avons voté contre le budget 2018, le compte administratif présenté ici est la réalisation de ce budget. En conséquence nous nous abstiendrons.

Compte administratif assainissement

Dans ce domaine, les écarts sont encore plus marqués que pour le budget ville. Seulement 3 sur 6 des rues programmées ont été traitées ou commencées. En tenant compte des reports 2018, on est à 74% de réalisation ou plutôt d’engagement du budget alors qu’on a réalisé un plan de travaux très différent. Tous les autres projets sont à la traîne 

Voilà pourquoi, le détail des réalisations est important, le résultat global masque des réalités très différentes. Certaines rues n’ont pas été commencées mais d’autres ont vu leur budget réévalué. Tout cela peut être expliqué.

Partager cet article

Repost0

Conseil municipal du jeudi 21 mars 2019

Publié le par Benoît Florence

Conseil municipal du jeudi 21 mars 2019

Ce conseil avait pour ordre du jour exclusif le contrat de construction et d'exploitation d'une nouvelle piscine.

Vous retrouverez sur le lien suivant l'intervention de Jean-Marie Lebreton qui a participé à la commission d'appels d'offres et qui explique le choix de la société Opalia puis celle de Suzanne Egal qui rapproche le choix retenu des demandes et remarques faites en 2016 au démarrage du projet :

Interventions

 

Nous avons voté pour la délibération qui autorise M. le Maire à signer le contrat avec la société Opalia permettant la construction puis l’exploitation d’une nouvelle piscine.

Partager cet article

Repost0

Conseil municipal du jeudi 21 mars 2019 _ interventions

Publié le par Suzanne Egal et Jean-Marie Lebreton

Conseil municipal du jeudi 21 mars 2019 _ interventions

Intervention de JM Lebreton :

Je tiens d’abord à vous remercier, monsieur le maire, de m’avoir invité à faire partie de la commission de négociation. Je confirme que je n’ai constaté aucune anomalie dans le déroulement de la procédure d’appel d’offre et de la négociation, et j’estime que les candidats ont été traités de façon égale et sans a priori tout au long du processus.

La négociation a duré plus longtemps que prévu car les premières offres étaient trop chères et il a fallu plusieurs tours de négociation pour se rapprocher davantage du budget initial.

Très vite deux offres se sont détachées, Swimdoo et Opalia, la troisième, Legendre, étant moins chère mais techniquement moins attrayante. D’emblée, Opalia s'avérait qualitativement la plus intéressante, bien qu’un peu plus chère que Swimdoo. Au final, Opalia l’a emporté à l’unanimité. Opalia offre une surface d’eau nettement supérieure, et les 6 lignes d’eau de son grand bassin lui donnent un avantage de 20% sur ses concurrents qui n’en ont que 5, avantage encore majoré par des horaires d’ouverture plus larges. Un autre avantage important est qu’Opalia affecte à Viroflay plus d’employés en interne que ses concurrents, ceux-ci faisant parfois appel à de la sous-traitance ce qui ne favorise pas la réactivité en cas d’incident.

Enfin, le contrat offre à la municipalité beaucoup d’outils de contrôle, à travers des réunions périodiques et des rapports techniques et financiers, et des clauses de pénalités en cas de retards ou de défauts. A nous d’utiliser ces outils pour garantir une saine gestion et une saine exploitation et maintenance de cette piscine, dont la ville deviendra propriétaire à l’issue des 25 ans du contrat. Afin que la piscine soit restituée en bon état à la fin des 25 ans, le contrat prévoit des provisions pour gros entretien et réparation. Le délégataire supporte le coût des dépassements si le montant de la provision s'avère insuffisant. Si au contraire la provision n'est pas entièrement utilisée, l'excédent est reversé à la ville.

Certes, on aurait pu espérer des tarifs d'entrée un peu plus bas, mais dans ce cas l’exploitant n’aurait pas pu financer le coût de cette piscine.

De même, on peut regretter qu’aucun créneau ne soit explicitement prévu pour les maternelles ou les centres de loisirs, mais le contrat donne à la ville la possibilité d’acheter ponctuellement ou de façon récurrente des créneaux supplémentaires moyennant des tarifs prédéfinis. Cette disposition pourra être utilisée au profit de la génération d’élèves du collège qui n’aura pas pu bénéficier de la piscine en primaire.

En conclusion, ce contrat est à mon avis un bon compromis, le meilleur rapport qualité/prix dans l'intérêt des Viroflaysiens, et d’un coût acceptable compte tenu de nos capacités financières, les recettes de la ville dégageant un excédent annuel de 5 millions soit 30% de nos dépenses.

Je voterai donc sans hésiter pour cette délibération.

 

Intervention de Suzanne Egal :

Nous allons revenir sur les questions et demandes que nous avions faites en 2016 lors de la délibération sur le « Choix du recours à une Délégation de Service Public sous forme de concession pour la démolition/reconstruction  - gestion/exploitation de la piscine des Bertisettes. »

Concernant le déroulement de la procédure, les étapes sont claires et conformes. Cependant, comment se fait-il que la CCSPL (Commission communales des services publics locaux) ait été consultée le 30 novembre 2016 (elle avait d’ailleurs rendu  un avis favorable) et ne le soit pas  à cette étape ultime du projet ?

La commission accessibilité semble ne pas non plus avoir été consultée. Pourtant, comme mentionné dans les documents, il s’agit d’un ERP soumis à la loi, recueillir son avis en amont du projet aurait été pertinent.

Nous disions en 2016 « Il est clair que la réalisation d’un nouvel établissement plus grand, offrira d’autres possibilités commerciales. Nous voudrions être certains qu’elle permettra aussi d’améliorer le contenu du service public, d’augmenter l’ouverture au public Viroflaysien et aux clubs sportifs de Viroflay à un tarif acceptable et pourra ensuite s’adapter aux besoins de la population au fur et à mesure de l’évolution de sa démographie et de sa structure sociale. Nous demandons que nous soient fournis un état des services actuels et le cahier des charges des services qui devront être présents dans le nouveau projet et ceci sous une forme qui puisse être compréhensible par tout un chacun. »

En introduction du document de synthèse, il aurait été nécessaire que ces éléments aient été fournis en toute transparence.  Les créneaux réservés aux scolaires ont été réduits dans le nouveau projet. Cet ajustement nous a été justifié par Mme Billaudel, nous avons compris que l’offre prévue ici permettra de répondre largement aux exigences de l’Education Nationale. Cependant, en tant qu’élus nous devons le faire connaître aux Viroflaysiens : le projet ne prévoit plus l’accès à la piscine pour les grandes sections de maternelle et prévoit moins de créneaux pour les écoles primaires avec la justification de l’éducation nationale.

Par ailleurs à la lecture du dossier, nous n’avons rien trouvé concernant les centres de loisirs. Dans quelles conditions pourront-ils accéder à la nouvelle piscine, tout particulièrement en période de vacances scolaires ? (Réponse : les centres de loisirs iront à la piscine, la ville achetant des entrées dès que cela sera nécessaire)

Enfin, mais cela vous a été rappelé M.le Maire, il faudrait lors de la première année trouver une solution pour que les enfants arrivés au collège et qui auraient été pénalisés par l’absence de piscine puissent bénéficier d’une formule de rattrapage alors même que le projet, comme c’était déjà le cas auparavant ne prévoit pas de créneau pour les collégiens.

A propos de la grille tarifaire, la grille proposée est voisine de celle pratiquée par la ville de Versailles pour les Versaillais à Monbauron, piscine gérée par Vert-marine. On peut noter que les prix sont sensiblement supérieurs à ceux pratiqués jusque-là à Viroflay, mais qu’ils restent inférieurs aux prix appliqués aux extérieurs dans les communes les plus proches Versailles et Vélizy. Les Viroflaysiens auront donc intérêt à utiliser la piscine locale. Un point d’attention, Versailles prévoit un tarif réduit pour les séniors, ceci n’apparaît pas dans la grille qui nous est proposé.

Nous disions en 2016« Nous avons compris que l’investissement de la ville pourrait être équivalent à ce qu’elle aurait pu engager pour la seule rénovation (3,2M€). Si la ville participe à l’investissement, l’objectif serait d’optimiser le montage financier pour la ville. Par contre la ville n’aura pas plus de poids sur le plan décisionnaire, le contrat restant la pièce maîtresse de l’opération. »

En définitive, l’investissement de Viroflay est de 4,2M€, ceci nous a déjà été annoncé fin 2018.

Par ailleurs le coût annuel avait été estimé à 940 000€, le projet soumis ce jour  coûte 1,2 M€. Compte tenu de la marge que nous dégageons chaque année, nous avons la capacité de faire face à cette dépense.

Concernant le contrat, nous nous en remettons à l’équipe d’experts qui sont intervenus sur ce dossier et qui ont validé le contrat sur le plan technique, financier et juridique.

En 2016 nous disions encore« Nous demandons qu’un suivi des comptes et des indicateurs prévus au contrat soit fait chaque année, en commission et soit présenté en Conseil municipal». Ces rapports sont bien prévus au contrat.

D’autre part  la ville de Viroflay ayant  3 services en DSP (parking, marché et piscine), vous nous aviez indiqué, Monsieur le Maire, que  vous envisagiez  d’affecter une mission de contrôle de ces DSP à du personnel dédié,  personnel de Viroflay ou de VGP.  Compte tenu de la durée de l’engagement du projet piscine (25 ans), est-ce bien ainsi que vous comptez faire le suivi de ce contrat ? (Réponse : c’est un point important car la ville a des progrès à faire sur le suivi des DSP)

Et enfin , au sujet de l’ Implantation de la piscine et des aménagements extérieurs

« Les aménagements extérieurs, notamment les accès piétons, vélos, voitures et cars, les parkings, les dépose-minute doivent prendre en compte les besoins du stade voisin de la piscine, et doivent faire l’objet d’un projet cohérent avec les tennis, la Maison de retraite. Il est indispensable d’avoir une vision d’ensemble ».

Le projet respecte-il les besoins des autres équipements proches de la place de la Fête ?

Il est à noter que l’implantation du bâtiment au plus près du stade ferme définitivement la possibilité d’agrandir un jour le stade de foot côté Est de la piscine. Nous avions attiré votre attention sur ce point en 2016. Nous savons, par ailleurs, que les accords conclus avec la Fédération de Foot rendent ce sujet moins crucial.

En conclusion, ces points étant rappelés, nous nous réjouissons que ce projet puisse enfin aboutir. Depuis des mois nous étions interpellés très régulièrement sur le devenir de ce projet. Ce nouvel équipement devrait apporter une réelle satisfaction des Viroflaysiens.

 

 

 

Partager cet article

Repost0

Tribune du journal Viroflay de février-Mars 2019

Publié le par Benoît FLORENCE

Tribune du journal Viroflay de février-Mars 2019

La mise en place, finalement annulée, d’une taxe sur les carburants à partir de 2019 a provoqué le mouvement des « gilets jaunes ». Si presque tout le monde est d’accord quant à la nécessite de faire face au changement climatique, la divergence est grande quant à la façon de réussir la transition écologique, économique et sociale. Chacun réagit souvent en fonction de sa situation personnelle, ce qui peut se comprendre : la transition ne pourra se faire de la même manière suivant le lieu d’habitation ou le revenu des citoyens. Et lorsque les solutions proposées sont injustes, le citoyen les refuse même s’il sait que le changement climatique est une réalité. Il ne consentira à l’effort que si tous y participent équitablement.

Il est bien sûr plus facile de prendre les transports en commun à Viroflay qu’en milieu rural. Si l’on est contraint de prendre son véhicule pour aller travailler faute de transports, l’impact n’est pas le même pour un smicard que pour un cadre. Un smicard aura plus de difficultés à isoler son logement qu’un cadre, d’autant que ce dernier est souvent mieux informé des possibilités d’aides.

La transition écologique ne pourra se faire que si son impact économique est socialement acceptable pour nos concitoyens. Faute de quoi, les refus seront de plus en plus forts avec des conséquences politiques, économiques et environnementales.

La transition écologique est pilotée par l’Etat mais chaque commune et donc la nôtre doit en réaliser sa part : développement des transports avec un plan de déplacement vélos ; accentuer la dimension écologique dans les cahiers des charges des nouvelles constructions, privées ou municipales avec par exemple des matériaux durables, un toit végétalisé ou des panneaux solaires ; conseils et aides pour mieux isoler son logement ; développement fort du bio et des circuits courts dans les restaurants dépendants de la ville ; développement de jardins partagés ; amélioration de la gestion des déchets en lien avec VGP pour citer quelques pistes.

Il y a beaucoup à faire sur ce sujet de long terme, sur lequel nous serons vigilants et constructifs. Toujours en ayant à l’esprit que cette transition est l’affaire de tous et ne pourra réussir sans heurts qu’avec des solutions équitablement partagées selon les ressources de chacun.

Publié dans Tribunes

Partager cet article

Repost0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 > >>