Compte administratif 2018

Publié le par Suzanne Egal

Le compte administratif est l’occasion de comprendre la réalité des finances,  des réalisations de la ville et surtout de leur évolution. Sur ce sujet, nous regrettons que, depuis déjà 2 ans  l’écart avec le compte administratif de l’année précédente  ne figure plus dans les documents de synthèse. Il serait intéressant de raisonner collectivement  sur l’évolution de nos dépenses/recettes de fonctionnement a minima par grandes rubriques.

Le graphique de la DGF (dont l’origine est bien mise à ‘0’, merci !)  permet une lecture objective de son évolution. La variation cumulée de la DGF (Dotation globale de fonctionnement) et du FPIC ( fonds national de péréquation des ressources intercommunales et communales ) a un impact vraiment minime sur nos dépenses (0.6%). En 2018  le poids supplémentaire de ces charges ‘subies’ est très faible (109 K€), ce n’était donc pas un facteur structurant pour l’année 2018.

 

Par ailleurs, les recettes liées à la fiscalité locale augmentent régulièrement (+2,5%). Les droits de mutation restent élevés et confortables après un pic en 2017. Les produits des services municipaux augmentent de 6% et représentent 22% de nos recettes.

Comme nous l’avons exprimé déjà de nombreuses fois, nous regrettons que la communication externe : vœux, réunion publique, Magazine,  soit largement faite sur les données budgétaires et moins clairement sur les réalisations.

Au final, le poids relatif de chacun des secteurs est très différent de l’affichage budgétaire. Celui-ci maximise par prudence les dépenses et ne prend pas en compte la contribution des utilisateurs des services. Nous ne reprendrons pas tous les postes, l’exercice ici serait fastidieux. Nous noterons, par exemple, que le secteur enfance/jeunesse ne pèse que pour 9,4% sur les finances de la ville  contre les 19% affichés au budget et est en définitive à peine supérieur au secteur ‘culture’. Nous sommes toujours en attente d’un effort mesurable en direction des adolescents .

L’augmentation des dépenses pour les ‘services supports’ support nous a été commentée en commission et nous n’y reviendrons pas.  

Dans la présentation du budget, vous avez affiché avoir fait des efforts significatifs : une baisse de 20%  sur le poste énergie entre 2014 et 2018. Si les efforts restent louables en la matière et nécessitent d’être intensifiés, les dépenses réalisées sur ce poste n’ont baissé que de 14%. De même, la baisse affichée au budget de 40% sur le poste ‘assurances’ correspond à une renégociation du contrat mais aussi à un changement de périmètre, cette variation n’est donc pas vraiment significative.

Mais d’autres postes ont aussi évolué à la baisse. Le poste ‘transports collectifs’, a été réduit de moitié depuis 2014, ramené à ‘0’ pour enseignement et formation, il est maintenu stable pour sport et jeunesse. Un montant modeste a été attribué au secteur personnes âgées et à la culture. Ne pourrait-on pas prévoir une ou 2 sorties de plus pour les enfants des centres de loisirs et les jeunes d’Arc’ados ?

 

 

Partie "Investissement"

Sur le support de synthèse, le taux de réalisation a été ajouté et c’est un plus. Le budget d’investissement prévu a été engagé à 87%  en 2018 contre 82% en 2017, est-ce que pour autant nous avons réalisé nos projets ?

Rien dans les supports ne nous permet de nous en assurer. Nous pourrions reprendre ligne à ligne les observations faites lors du compte administratif 2017.

Lors de la présentation du budget en conseil municipal, un détail par poste nous est fourni. Nous n’avons pas l’équivalent lors du compte administratif. Or, le compte administratif doit nous permettre de vérifier que les fonds budgétés ont bien été utilisés aux fins prévues et si non, d’en comprendre les grandes raisons.

Nous avons demandé des précisions en commission qui devraient nous être fournies ce soir en séance, que ce soit pour les bâtiments ou la voirie.

Nous verrons plus loin, à la lecture des supports concernant l’assainissement que la liste des rues traitées diffère sensiblement de la liste initiale. Il y a sans doute de bonnes raisons à cela mais elles méritent d’être commentées : ‘ce qui se conçoit bien s’énonce clairement’.

Une programmation plus réaliste du poste ‘voirie’ permettrait d’investir sur d’autres projets de transformation de la ville.  L’accord cadre de maîtrise d’oeuvre proposé en février devrait permettre  de réduire les délais de mise en œuvre des  chantiers de voierie, d’espaces verts et de petits ouvrages bâtiment, ce qui est une bonne chose.

Par ailleurs pour les projets importants (ex : les tennis) qui s’étalent sur plusieurs exercices, un bilan de projets devrait nous être présenté faisant apparaître les budgets, les dépenses, les subventions et les financements. Ce bilan est nécessairement tenu par les services en charge et ne doit pas constituer un travail supplémentaire pour les équipes.

Pour conclure, nous avons voté contre le budget 2018, le compte administratif présenté ici est la réalisation de ce budget. En conséquence nous nous abstiendrons.

Compte administratif assainissement

Dans ce domaine, les écarts sont encore plus marqués que pour le budget ville. Seulement 3 sur 6 des rues programmées ont été traitées ou commencées. En tenant compte des reports 2018, on est à 74% de réalisation ou plutôt d’engagement du budget alors qu’on a réalisé un plan de travaux très différent. Tous les autres projets sont à la traîne 

Voilà pourquoi, le détail des réalisations est important, le résultat global masque des réalités très différentes. Certaines rues n’ont pas été commencées mais d’autres ont vu leur budget réévalué. Tout cela peut être expliqué.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article