Tribune du journal Viroflay de février-Mars 2019

Publié le par Benoît FLORENCE

Tribune du journal Viroflay de février-Mars 2019

La mise en place, finalement annulée, d’une taxe sur les carburants à partir de 2019 a provoqué le mouvement des « gilets jaunes ». Si presque tout le monde est d’accord quant à la nécessite de faire face au changement climatique, la divergence est grande quant à la façon de réussir la transition écologique, économique et sociale. Chacun réagit souvent en fonction de sa situation personnelle, ce qui peut se comprendre : la transition ne pourra se faire de la même manière suivant le lieu d’habitation ou le revenu des citoyens. Et lorsque les solutions proposées sont injustes, le citoyen les refuse même s’il sait que le changement climatique est une réalité. Il ne consentira à l’effort que si tous y participent équitablement.

Il est bien sûr plus facile de prendre les transports en commun à Viroflay qu’en milieu rural. Si l’on est contraint de prendre son véhicule pour aller travailler faute de transports, l’impact n’est pas le même pour un smicard que pour un cadre. Un smicard aura plus de difficultés à isoler son logement qu’un cadre, d’autant que ce dernier est souvent mieux informé des possibilités d’aides.

La transition écologique ne pourra se faire que si son impact économique est socialement acceptable pour nos concitoyens. Faute de quoi, les refus seront de plus en plus forts avec des conséquences politiques, économiques et environnementales.

La transition écologique est pilotée par l’Etat mais chaque commune et donc la nôtre doit en réaliser sa part : développement des transports avec un plan de déplacement vélos ; accentuer la dimension écologique dans les cahiers des charges des nouvelles constructions, privées ou municipales avec par exemple des matériaux durables, un toit végétalisé ou des panneaux solaires ; conseils et aides pour mieux isoler son logement ; développement fort du bio et des circuits courts dans les restaurants dépendants de la ville ; développement de jardins partagés ; amélioration de la gestion des déchets en lien avec VGP pour citer quelques pistes.

Il y a beaucoup à faire sur ce sujet de long terme, sur lequel nous serons vigilants et constructifs. Toujours en ayant à l’esprit que cette transition est l’affaire de tous et ne pourra réussir sans heurts qu’avec des solutions équitablement partagées selon les ressources de chacun.

Publié dans Tribunes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article