DEBAT SUR LE BUDGET 2017

Publié le par Suzanne Egal

1-Adoption du budget primitif de la ville

Comme cela a été rappelé de façon pédagogique lors de la présentation publique du budget, le vote du budget est la dernière étape d’un processus qui se prépare tout au long de l’année et sur lequel travaillent sérieusement l’équipe municipale et l’équipe administrative. Son vote fait suite au vote du débat d’orientation budgétaire. Nous tenons à revenir aujourd’hui sur ce dernier point.

Lors de ce débat, nous nous étions exprimés sur le peu de données et d’informations mis à notre disposition pour engager un échange constructif. Or, pendant que nous débattions en Conseil, une plaquette était distribuée dans les boites aux lettres des Viroflaysiens dans laquelle figuraient des informations absentes du rapport fourni, comme les pistes d’économie. De plus, lors de la réunion publique nous avons découvert les synthèses des budgets de fonctionnement et d’investissement qui ne nous avaient pas été communiquées. A la sortie de la réunion publique, Monsieur le Maire, vous nous avez présenté vos excuses, et nous en prenons acte. Vous comprendrez que disposant de moins d’informations que nos concitoyens, il ne nous soit pas possible de jouer notre rôle d’élus. Par ailleurs, concernant les projets, seule une esquisse de quelques projets nous a été donnée, alors même qu’il y avait d’autres sujets en cours de programmation et de modification, sujets évoqués ensuite lors de la réunion plénière du 1er février ou présents dans l’ordre du jour du conseil de ce soir comme la construction d’une nouvelle cuisine centrale sur 2017-2018. Vous aviez raison, Monsieur Le Maire, le contenu de ce rapport de débat d’orientation budgétaire, vidé de sa substance, ne méritait pas d’en faire une délibération, les sujets qui auraient mérité un débat lors de cette séance ont été traités en dehors de celui-ci. En tant qu’élus, nous nous efforçons d’étudier sereinement les besoins de la ville et d’être force constructive. Par exemple nous avons fait des propositions pour améliorer l’accessibilité dans la ville, vous vous êtes emparé aujourd‘hui de cette problématique et nous ne pouvons que nous en réjouir.

Revenons maintenant au budget 2017 proprement dit. Vous nous dites que «Tous les efforts de la Ville doivent porter vers un autofinancement suffisant pour lui permettre de continuer à investir et sans augmentation significative de l’endettement » et vous estimez l’autofinancement 2017 à 1,7M€. Dans le budget 2016, vous aviez estimé la capacité d’autofinancement à 1,4 M€. En réalité elle atteindra au moins 4,8M€ soit 3,4 fois la marge prévue au budget ! Quant à l’argument des charges imposées de l’extérieur, pour 2017, l’effet cumulé de la baisse de la dotation globale de fonctionnement (DGF) et de l’augmentation du fond de péréquation intercommunal (FPIC) ne représente que 0,6 M€. Lors des présentations du budget à la population vous continuez à utiliser cette présentation alarmiste en commentant les budgets et non la réalité constatée alors même que notre marge de manœuvre augmente d’année en année et n’est pas loin d’atteindre les 5M€ ! C’est bien mal utiliser nos moyens de communication ! Qu’on se comprenne bien, nous ne vous reprocherons jamais d’être prudent dans la construction du budget, le budget ne valant pas dépense, mais arriver à de tels écarts par rapport à la réalité, cela dépasse très largement le niveau de prudence nécessaire. Cette sous-évaluation récurrente de notre capacité vous permet de justifier des restrictions, qui vont à l’encontre des besoins de nos concitoyens notamment de la jeunesse. Au fil de ces dernières années, nous avons vu disparaître l’aide au financement des camps d’été d’Arc’Ados, des défis jeunes et des classes de découvertes. Dans le budget 2017, les dépenses budgétées pour les centres de loisirs sont en baisse, alors-même que certains jeunes de Viroflay y passent toutes leurs journées de vacances.

Pour revenir au budget 2017, le document de synthèse ne comprend guère plus que les supports de la réunion publique. Nous aurions eu besoin de disposer de pages donnant les clés de lecture de ce budget. C’est en faisant un travail de fourmi en rapprochant les lignes du budget 2017 de celles du budget 2016 que nous avons découvert les décisions qui auraient dû nous être exposées :

- la non reconduction depuis 2 ans du budget ‘circulations douces’ (20000€) alors que nous pouvons lire dans votre programme 2014 « la topographie de Viroflay étant complexe, des itinéraires vélos seront définis et aménagés pour rejoindre les principaux pôles d’activités administratives, sportives, scolaires ou culturelles », ces itinéraires ont-ils été réalisés ?

- la disparition du budget (15000€) pour la mise en place d’une borne de chargement électrique, qui faciliterait le déploiement des véhicules électriques pour les particuliers, à moins qu’elle n’ait été installée en 2016 ?

- le changement de méthode comptable concernant le CCAS

- plus important encore, que la ville n’assure plus, depuis le 1er janvier 2017 la confection des repas et le portage aux personnes dépendantes. Ce changement aurait pu être expliqué lors de la réunion publique et être présenté en clair dans les supports de synthèse sur le budget. Si les arguments qui ont justifié cette décision nous ont été donnés en commission, nous n’avons pas eu de réponse claire sur l’impact pratique et financier de ce changement pour les personnes utilisatrices.

- l’augmentation des plafonds des tarifs des services. Le taux d’imposition local reste inchangé (sujet de la délibération suivante) mais le coût des services augmente.

- enfin, l’année 2017 est l’année du bénévolat, nous pouvions attendre une augmentation du budget des subventions accordées aux associations qui œuvrent sur la commune. Ce budget est inchangé et on peut regretter que les moyens mis pour communiquer sur ce sujet n’aient pas plutôt été affectés au soutien des actions engagées par les Viroflaysiens bénévoles.

Concernant les investissements, lors du débat d’orientation budgétaire, lorsque nous vous avons demandé des précisions sur le tableau présenté, vous avez répondu que tout était dans votre programme. Or en reprenant ce dernier, non lisons « nous créerons enfin un pôle intergénérationnel, le plus possible au centre de Viroflay, pour le rendre accessible au plus grand nombre et lui permettre de remplir pleinement son rôle de lien entre les séniors et les jeunes ». Il ne figure pas dans le plan pluriannuel parce qu’il est prévu dans la ZAC. Nous regretterions vivement que ce projet soit remis en question. Quand prévoyez-vous de faire un point sur ce projet en conseil municipal ?

En effet, la ville de Viroflay voit se déployer des programmes de construction avec, parfois, une tranche de construction à vocation sociale. Nous nous réjouissons de voir se développer une certaine mixité urbaine mais, pour notre groupe « solidaires à Viroflay », ce développement est indissociable du développement de la mixité sociale et notamment d’actions à destination des jeunes.

Alors que partout on s’inquiète pour la jeunesse, nous devrions voir régulièrement augmenter les moyens qui lui sont consacrés tant en fonctionnement qu’en investissement. Cette jeunesse que vous négligez aujourd’hui c’est elle qui nous fera vivre demain.

Nous voterons contre cette délibération

2-Fixation des taux des impôts locaux

Certes vous proposez de maintenir les taux d’imposition communaux mais, par ailleurs, vous augmentez le prix des services pour les usagers. D’autre part, depuis 2010 Versailles Grand Parc est une communauté de communes. En 2011 une taxe supplémentaire à destination de VGP a été mise en place. En transférant des compétences à VGP, on serait en droit d’attendre une baisse de la charge fiscale communale. (NDLR : adapté lors de l’intervention)

Nous nous abstiendrons

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article