Adoption du Compte Administratif du budget Ville – Exercice 2016

Publié le par Suzanne Egal

Fonctionnement

Une nouvelle fois nous déplorons l’écart déraisonnable entre le budget 2016 et le compte administratif. Notre marge d’autofinancement annoncée à 1,4M€ est en définitive de 4,8M€ soit encore en augmentation par rapport à 2015. On est ainsi passé de 4,1M€ en 2013 à 4,8M€ en 2016, en augmentation constante. Ce que notre groupe a exprimé en avril 2016 s’applique de nouveau en 2017, je reprends ci-après un extrait :

«…Concernant les écarts entre l'autofinancement prévisionnel figurant au budget et l'autofinancement réel apparaissant au Compte Administratif, (…) en 2015, il a bondi de 2,3 millions à 3,4 millions d'euros. Ce n'est pas une simple augmentation, mais une explosion jusqu'à une hauteur totalement inacceptable. » Or Il est de nouveau de 3,4 millions d’euros pour 2016…

 

Alors que l'adjoint aux finances déclarait lors du débat budgétaire de 2015 : « notre volonté est qu'à partir de maintenant Compte Administratif et Budget Prévisionnel soient les plus proches possible… »

Plus loin encore nous déplorions :

« Budget après budget, la majorité fait croire à une évolution des moyens dont dispose la ville diamétralement opposée à la réalité. Cela fausse totalement le débat démocratique. »

 

En effet, la majorité communique très largement sur les budgets (dépenses 19,1M€) en utilisant de nombreux supports : plaquette, réunion publique, magazine de la ville, intranet, alors que seulement une demi-page commente le compte administratif, c’est-à-dire la réalité des finances et réalisations de la ville (dépenses seulement de 17M€).

Ainsi si on faisait le graphique en camembert du compte administratif 2016, c’est-à-dire, si on présentait la répartition des dépenses réelles de la ville, on lirait que le poste Technique, urbanisme et patrimoine représente 30 % des dépenses de la ville et non 29% , que le poste Enfance, jeunesse et périscolaire représente 18,5% et non 18%, et que celui de Petite enfance et social seulement 18 % et non 19%.

Dans le budget les dépenses de personnel sont très largement surévaluées (+12%) alors que les recettes sont sous-estimées : -50% pour les droits de mutation, - 9% pour les produits.

On constate alors par exemple que les dépenses réelles 2016 (hors personnel) pour le poste Enfance-jeunesse sont en baisse de 12% par rapport à l’année 2015, et que pourtant les recettes sont équivalentes.

Investissement

Que dire de l’investissement ? Soit, en définitive notre capacité d’autofinancement est confortable 4,8M€. Voilà donc une bonne nouvelle récurrente. Alors qu’en est-il de la réalisation des investissements prévus?

Sur un budget cumulé de 8,7 M€ seulement 4,5€ ont été réalisés (report inclus) soit la moitié de ce qui était prévu. S’agissant du poste ‘bâtiments’, la réalisation est de 58%. Nous avons bien noté que pour les tennis et l’accessibilité, il s’agit en fait d’un décalage avec report et programmation sur l’année suivante, nous comprenons également qu’une réalisation de 70% sur l’amélioration des bâtiments intègre l’évolution des projets. Nous regrettons que seulement 40% des travaux d’économies d’énergie aient été réalisés, alors que ce devrait être une priorité et nous voudrions comprendre pourquoi le poste ‘sécurité’ atteint à peine 10%.

Mais le poste qui retient particulièrement notre attention est celui de la voirie : alors qu’il mobilise 59% du budget d’investissement 2016, on constate au CA2016 que moins du tiers des travaux programmatiques inscrits au budget ont été réalisés! Les travaux n’ont été engagés que sur la moitié des rues prévues. L’évolution des projets, l’allongement des études, les imprévus ne suffisent pas à expliquer un tel écart.

Si la programmation au niveau voirie est trop ambitieuse compte tenu de notre capacité à réaliser, il est essentiel de revoir la programmation de nos investissements et de les orienter vers d’autres réalisations utiles aux Viroflaysiens. Au cours de la réunion consacrée à la ZAC vous nous avez présenté de nombreux projets : la salle Dunoyer de Segonzac, La Forge, ARC’Ados, Centre de Loisirs Dieulveut etc…

C’est pour cela que nous continuons à demander une programmation pluriannuelle sérieuse afin que notre capacité d’investissement soit utilisée sans plus attendre pour créer ou faire évoluer les équipements de la ville afin qu’ils répondent aux réels besoins des Viroflaysiens.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article